Vous avez la volonté d’entrer dans le monde de la sécurité à titre professionnel et de vous lancer dans la formation d’agent de sûreté aéroportuaire. Ce choix de carrière a été mûrement réfléchi pour votre avenir professionnel. Si certaines questions se posent évidemment, vous allez, en outre, devoir éviter certains pièges qui pourraient vous aiguiller sur des pistes sans lendemain ou vous conduire vers des postes qui ne vous correspondent pas. En lisant ce qui suit vous allez certainement prendre les bonnes décisions.

Un métier à risque

Comme tout travail en relation avec la sécurité, l’agent de sûreté aéroportuaire peut se trouver dans des situations parfois délicates. Vous devrez vous assurer que vous saurez, en tout cas, réagir comme il se doit devant des situations d’urgence et ne pas céder à la panique. Vous devrez donc faire preuve de vigilance afin d’anticiper ces dangers et conserver, en tout moment, une capacité de concentration maximum, chaque relâchement pouvant se révéler fatal pour vous, mais aussi pour les autres. Entre objets dangereux et personnes à risques, les situations peuvent être difficiles à gérer, parfois.

Une situation pas toujours facile

Il ne faut pas croire que le métier d’agent de sûreté aéroportuaire est facile. Au-delà du danger, la fonction nécessite des contraintes qui peuvent se révéler difficiles pour vous et pour votre famille. Par exemple, ce métier n’est pas de tout repos et la position debout est la plus fréquente avec une fatigue qui s’accumulera. De même, ne vous attendez pas à bénéficier d’horaires de bureau mais, le plus souvent, des horaires décalés, tôt le matin, tard le soir, le week-end, qui ne faciliteront pas une vie régulière. Enfin, vous subirez des tests fréquents qui assureront votre employeur que vous êtes toujours habilité à bien réaliser votre travail.

La bonne formation

Vous devrez faire le choix de la bonne formation qui vous délivrera le diplôme indispensable pour exercer votre profession. Entre le certificat de qualification professionnelle d’agent de sûreté aéroportuaire (203 heures), la formation agent d’escale (175 heures), celle d’agent de piste (70 heures) ou celle d’agent de réservation (70 heures), les aéroports peuvent vous procurer différents postes. Vous pourrez aussi avoir recours à des options complémentaires en termes de sécurité ou de secourisme qui vous apporteront un plus qui sera bien apprécié de votre employeur. Sans oublier les éventuelles remises à niveau pour actualiser votre diplôme, si nécessaire, car votre certification ne vous sera d’aucune utilité si elle s’avère trop obsolète.

Le bon formateur

Vous ne devez pas prendre n’importe quelle formation ni n’importe quel formateur. La partie financière est, bien sûr, primordiale, mais pourra, dans certains cas, être co-financée. Par contre, vous ne devez pas oublier d’ajouter, à ce coût, les éventuels frais de déplacement et, si nécessaire, d’hébergement. C’est pourquoi faire appel à un organisme comme Thésée Formation vous permettra de trouver un organisme apte à vous recevoir dans différentes régions françaises. En outre, de par ses nombreux contacts, il vous guidera pour votre avenir professionnel et vous mettra en contact avec son carnet d’adresses, lorsque vous en éprouverez le besoin.

Share