Devenir agent cynophile, c’est le rêve de certains car ce métier pas tout à fait comme les autres offre la chance de travailler avec le meilleur ami de l’homme, son chien. Attention, il ne faut pas, non plus, totalement idéaliser cette fonction qui est, aussi, très exigeante, nécessite beaucoup de préparation et beaucoup d’abnégation. Mais, pour ceux qui ont envie de se mettre au service des autres, qui sont prêts à affronter les situations les plus délicates et les plus difficiles, et sont prêts à entrer, avec leur animal, dans ce monde de la sécurité, l’autre point qui pourrait leur rester à découvrir, c’est le salaire d’un agent cynophile. Cet article leur donnera les premières indications en la matière, pour les conforter dans leur choix, ou les inciter à se réorienter.

L’amour du métier

Avant le salaire d’un agent cynophile, la première raison qui vous entraînera vraisemblablement vers cette formation, c’est votre amour des animaux et, plus particulièrement, des chiens. Difficile de rêver plus fidèle compagnon, en effet, que celui-ci, qui vous obéira au doigt et à l’oeil, qui acceptera tous les rôles, qui vous suivra en toute occasion et qui, plus que tout autre, sera prêt à se sacrifier pour vous protéger. Le métier d’agent cynophile est une vocation où la relation avec le chien est une des préoccupations principales au quotidien.

NB : Avant de continuer à lire cet article!

Notez que vous pouvez faire appel à nous afin de vous former ( sans que vous n’ayez à payer )  aux métiers de la sécurité privée et obtenir un emploi rapidement. Pour ce faire cliquez sur l’une des options ci-dessous :

Les débouchés

Un autre avantage de cette profession où, là encore, bien avant le salaire d’un agent cynophile, ceux qui souhaitent se lancer dans cet exercice seront particulièrement intéressés : ce sont les débouchés qui existent. Des débouchés en termes de moyens pour exercer le métier ou en termes d’emploi, aussi. Il est possible d’être recruté dans une société privée, mais aussi dans l’armée, dans la gendarmerie et, même, chez les sapeurs-pompiers. Car le métier de maître chien est multiple. Vous pouvez être amené à surveiller des lieux, qu’ils soient privés comme des magasins, ou publics comme des foires-expositions ou salons, mais aussi à sécuriser les personnes lors d’organisation d’événements. Mais vous pouvez aussi être amené à effectuer la recherche de personnes disparues, que ce soit lors de tragiques accidents tels que les séismes, les inondations, les avalanches, ou dans des cas particuliers de randonnées en forêt ou, pire, de risques d’enlèvement. Un métier en fort développement dans le contexte à risques actuel.

La sécurité de l’emploi

Ce qui pourrait aussi largement vous intéresser, c’est que le métier offre aussi une plus grande sécurité de l’emploi que beaucoup d’autres. La formation qui vous permet de l’exercer n’est pas détenue par n’importe qui, une spécialisation qui vous rendra d’autant plus intéressant pour un employeur. Malheureusement, quand même, pas au point de faire de vous un richissime milliardaire. Mais, en partant du salaire d’un agent cynophile, vous pourrez peut-être évoluer pour, au final, un jour, créer votre propre société de gardiennage ou de surveillance et améliorer vos revenus.

Le salaire moyen

Le salaire d’un agent cynophile qui débute atteindra un premier seuil qui sera voué à évoluer selon les profils. On note, bien sûr, quelques variations selon le type exact de mission, selon l’employeur, selon le lieu de travail et quelques autres données du genre. On trouve donc des barèmes différents qui s’étalent depuis 1.500 euros bruts mensuels environ, jusqu’à 1.900 euros bruts mensuels. Ces sommes sont, avant tout, une entrée en la matière pour une profession qui leur offre une voix relativement sûre en termes de débouchés et, surtout, un poste durable, ce qui est assez rare de nos jours et peut convaincre de nombreuses personnes.

Les possibilités d’évolution de salaire dans le privé

Mais que serait le salaire d’un agent cynophile ou de n’importe quelle autre fonction sans prendre en compte, en parallèle, les possibilités d’évolution en termes de carrière. Évolution de salaire, évolution de poste, chacune revêt une certaine importance et peut aussi interagir l’une avec l’autre. En évolution de poste, par exemple, il est possible de prévoir un maître-chien qui deviendra chef d’équipe, avec revalorisation de salaire bien évidemment. Autre possibilité pour lui, le rôle de formateur, qui pourra, en plus de l’évolution salariale, lui ouvrir de nouveaux horizons, ceux de l’enseignement, qui plus est avec des horaires plus réguliers, sans doute. Il peut aussi se spécialiser, par la suite, dans l’élevage de chiens. Ils seront certainement moins à se diriger vers le dressage d’animaux pour le cinéma mais, là, ceux qui y arriveront seront certainement ravis et leur salaire généreusement revus à la hausse. Et, après tout cela, il reste un thème qui n’a pas été abordé, c’est celui de l’ancienneté. Selon la convention collective nationale des entreprises de prévention et de sécurité la prime d’ancienneté se chiffre à 2% du salaire minimal conventionnel de la qualification, après 4 ans d’ancienneté. Elle passe à 5% après 7 ans, à 8% après 10 ans, à 10% après 12 ans et à 12% après 15 ans.

Dans la fonction publique

Le cas de la fonction publique diffère quelque peu du privé. En effet, le barème de salaire est fixé selon la grille indiciaire de l’employé. Aussi, le salaire d’un agent cynophile ne se négocie pas et son évolution se fait selon son ancienneté, les points d’indice qu’il gagnera et les éventuelles nouvelles fonctions qu’il occupera. Car, là aussi, il est susceptible d’obtenir des formations complémentaires et de suivre des stages, qui lui permettront, dans la police par exemple, de se spécialiser dans le pistage ou dans la recherche, après divers drames comme déjà énoncés : avalanches, etc. Il pourra, lui aussi, occuper un poste de formateur, à l’avenir, lui permettant de passer de l’autre côté du rôle ou, également, dans le dressage.

Les frais inhérents

Il faut aussi prendre en considération qu’un accord datant du 5 mai 2015 et concernant l’emploi d’agent de sécurité cynophile est entré en fonction début 2016. Sans influer directement sur le salaire d’un agent cynophile, il a des effets indirects puisqu’il impose la participation de l’employeur à la prime d’assurance de la couverture santé du chien obligatoire. Une indemnité pour les frais d’amortissement et ceux d’entretien du chien est également prévue et s’élevait à 1,13 € par heure de vacation en 2016. À cela s’ajoute encore une indemnité de transport qui variait aussi de 1,75 € de 0 à 15 km en aller simple (mais calculée sur l’aller et retour) et de 3,03 € pour plus de 50 km aller. Indemnité en complément des autres primes de transport. On pourrait encore ajouter les primes de panier, les primes d’habillage et déshabillage pour ceux qui ont l’obligation de travailler en costume. On pourrait aussi ajouter d’autres primes comme ceux qui travaillent de nuit (majoration salariale de 10% et repos compensateur de 1% par heure travaillée de nuit, c’est-à-dire entre 21 heures du soir à 6 heures du matin) et/ou le week-end (10% de compensation salariale), et pour ceux qui travaillent les jours fériés. À l’arrivée, le salaire peut s’en trouver bien gonflé sans incidence, en outre, sur les impôts, en ce qui concerne les remboursements de frais.

La formation

Un autre élément financier, qui n’a peut-être pas de lien direct avec le salaire d’un agent cynophile, mais qui a une certaine incidence en termes de coût, c’est la formation. Il faut aussi prendre en compte toutes les possibilités de prise en charge totale ou partielle de la formation. Ainsi, entre la fonction publique qui, après quelques années d’exercice, vous proposera cette formation et d’autres possibilités, qu’elles proviennent de Pôle Emploi, ou d’un éventuel employeur, qui vous proposeront aussi de vous y atteler, les apports financiers préalables et indirects ne doivent pas être négligés. Dans le premier cas, on pourrait citer l’armée de l’air, l’armée de terre ou la Marine nationale, mais aussi la gendarmerie, la police ou les sapeurs-pompiers.

Au final

Si le salaire d’un agent cynophile, comme on en a parlé, se situe entre 1.500 et 1.900 € bruts mensuels, il peut assez facilement dépasser les 2.000 €, voire 2.500 € pour peu que vous ayez suffisamment d’ambition et que vous décidiez de monter en grade pour exercer de nouvelles fonctions et/ou travailler des jours fériés et des nuits. Et l’on parle bien du salaire réel, sans prendre en compte les divers autres avantages en termes de remboursement de frais tel que certains ont été vus précédemment. Et il reste encore une dernière évolution qui n’a pas été prise en compte et qui pourrait aussi s’avérer payante pour ceux qui souhaiteraient évoluer différemment avec un autre type de formation complémentaire : c’est la possibilité de créer soi-même sa propre agence de surveillance ou de sécurité pour devenir, après plusieurs années en temps qu’agent cynophile, un patron d’agents cynophiles. On ne va pas parler de salaire, ici, mais une affaire bien gérée peut très rapidement s’avérer très rentable et multiplier les rentrées d’argent du dirigeant.

Share